Anne-Sophie Turion

Happy end

Conception, texte, performance :
Anne-Sophie Turion
Dramaturgie : Elise Simonet
Regard extérieur : Loreto Martinez-Troncoso
Scénographie : Elia David et Anne-Sophie Turion
Régie plateau : Elia David
Diffusion :
ActOral, bureau d’accompagnement d’artistes

Production : Cie Grandeur nature
Coproduction : 3bisf (Aix-en-Provence), Kunstal Aarhus (Aarhus, Danemark), Rond-Point Projects (Marseille), Le Citron Jaune CNAREP (Port Saint Louis du Rhône), Le Pôle des Arts de la Scène, Le Grand R Scène Nationale de La Roche-sur-Yon, La Garance, Scène Nationale de Cavaillon
Avec le soutien de Montévidéo (Marseille)

Le texte original Happy end est publié aux éditions Immixtion books, avec le soutien des Mécènes du sud

Happy end est un récit d’anticipation : depuis la fenêtre de mon ordinateur, j’ai imaginé avec le plus de précisions possibles mon voyage à venir dans la ville la plus heureuse du monde ; Aarhus, au Danemark 1.

Rédigé un mois avant mon départ, le texte de la performance est le carnet de voyage d’un territoire qui, au moment de l’écriture, m’est donc parfaitement inconnu. Par le recoupement systématique de toutes les informations disponibles sur le web (Google earth / images, statistiques, sites touristiques, réservations Airbnb, Tinder, blogs de voyageurs, etc) je m’attelle à prévoir le scénario de mon futur séjour dans ses moindres détails, juxtaposant sans hiérarchie ces données factuelles avec mes projections les plus intimes.

Sur scène, j’alterne lecture et prise de parole directe, introduisant au fil du récit des interludes musicales, la réalisation de trucages en direct, une conversation tchat avec un prétendu amant Tinder danois, une démonstration d’autohypnose… Juchée sur une « machine à remonter le temps futur » plus proche d’une invention de Gaston Lagaffe que de Star Treck, j’actionne un système de travelling bricolé qui parcourt la scène: filmés en direct, les objets domestiques qui jonchent le sol deviennent des paysages absurdes ou étonnement figuratifs tandis qu’un compte à rebours défile du futur vers le présent. Entre ellipses, avances rapides et effets de zoom, l’espace et le temps se font chewing-gum.

* Aarhus est la ville la plus heureuse du Danemark, le Danemark est pays le plus heureux du monde. Ce qui, par déduction, en fait donc la ville la plus heureuse du monde (source : World happiness report).

.